• Gilles Pardon

Comment le secteur financier renforce les liens entre la Chine et l'occident

Mis à jour : oct. 13


Beaucoup d'entreprises se demandent, si en cette période de guerre économique entre la Chine et les USA, il est encore judicieux de se développer en Chine. En effet, certains "experts" prédisent un découplage entre la Chine et l'occident.


Quand je lis la petite révolution qui se déroule cette année 2020 dans le secteur financier, je pense que la Chine sera encore pour bien longtemps le principal marché des entreprises à la recherche de croissance. Grâce à la finance, les liens entre la Chine et l'occident se renforcent, avec des conséquence bénéfiques pour tous les secteurs d'activité.


Les menaces de Donald Trump pour sortir les entreprises chinoises de la bourse américaine ou encore son Tweet de juin dernier appelant au découplage complet de la Chine n'ont aucun effet. Mieux, c'est grâce aux institutions financières de son pays que la Chine est de plus en plus intégrée dans les marchés financiers mondiaux.

L'intégration est si forte que maintenant nos deux mondes sont totalement indissociables.


La Chine ouvre son secteur financier


Voici les mesures les plus importantes prises cette année par la Chine en faveur des acteurs financiers étrangers.

  • Les banques étrangères ont le droit d'ouvrir des succursales en Chine

  • Une entreprise étrangère peut détenir 100% du capital d'un établissement financier chinois. Auparavant la limite était de 25%.

  • Les agences de notation sont autorisées. Pour exemple, la société de notation S&P Global a créé en Chine sa société à capitaux 100% étrangers et peut même fournir des services de notation sur le marché de la dette intérieure en Chine.

  • Dans la fameuse liste des secteurs interdits aux étrangers, l'interdiction d'accès au secteur financier a été officiellement effacée.


La ruée des acteurs occidentaux


Jusqu'à l'année dernière, les entreprises étrangères ne détenaient qu'une minuscule partie de ce marché de 47 trillions de US$. Avant ces mesures, les étrangers possédaient moins de 2% des actifs bancaires et moins de 6% du marché de l'assurance. Dès l'annonce des nouvelles mesures prises par le gouvernement, les acteurs occidentaux, disons plutôt les américains, se sont rués sur le marché chinois :

  • Paypal a acquis 70% de la société chinoise GoPay. Paypal est ainsi devenue la première société étrangère pour les services de paiement en ligne.

  • Goldman Sachs a été autorisée à augmenter sa participation dans sa co entreprise Goldman Sachs Gao Hua Securities Co. Elle est passée de 33% à 51%.

  • Morgan Stanley à augmenté sa participation de 49% à 51% dans sa co entreprise Morgan Stanley Huaxin Securities.

  • JP Morgan a reçu l'autorisation d'exploiter une société de contrats à terme à capitaux entièrement étrangers.

  • American Express a reçu l'autorisation d'exercer en Chine au travers de sa co entreprise.

  • Visa et Mastercard sont sur le point d'obtenir une licence de compensation en RMB.

  • Le 21 août dernier BlackRock est devenu le premier gestionnaire d'actifs étranger a obtenir l'approbation des autorités pour créer une société de fonds communs de placement.

Pour Bloomberg, les groupes bancaires étrangers devraient multiplier par dix leur revenus d'ici à 2030 !


Augmentation constante des flux de capitaux vers la Chine


Les flux de capitaux vers la Chine ne se limitent plus aux investissements directs dans les entreprises mais aussi aux capitaux de portefeuille. Ainsi, au début du deuxième trimestre 2020, les étrangers détenaient 4000 milliards de Dollars d'actions et obligations chinoises.

Et cela ne fait que commencer car au mois de septembre dernier, les capitaux étrangers ne représentaient que 4,69% du marché boursier chinois.

A titre de comparaison, au Japon et en Corée du Sud les étrangers détiennent 30% des valeurs boursières.


Pour en revenir aux investissements directs, les multinationales américaines ne cessent d'augmenter leurs investissements en Chine. Ils sont passés de 12,9 milliards de US$ en 2018 à 14,1 milliards de US$ en 2019.


Un avenir toujours plus prometteur


Lors du cinquième CIFTIS qui vient de se terminer, les superviseurs des finances chinoises que sont la Banque Populaire de Chine, la Commission de contrôle de la bourse, et la Commission de supervision des banques et assurances, ont toutes trois exprimé leur souhait d'une plus grande ouverture du marché financier chinois.

Un marché financier plus ouvert ne peut que favoriser l'économie réelle et l'intégration de la Chine au reste du monde.


Sources : CIIC, Les Echos, Peterson Institute, World Bank

CONSEIL CHINE

 SOFTDATABASE CHINA CO. LTD. +86 21 54665710 · 2020 © TOUS DROITS RÉSERVÉS