• Site owner

Une mission de recrutement en Chine gagnée grâce à une apporteuse d'affaires de 5 ans !

Dernière mise à jour : juil. 6


Le 6 octobre vers 8:00 du matin je sors de chez moi pour aller au bureau. A cette période de l'année la température est de 25 degrés. Marcher à l'ombre des platanes qui recouvrent les rues de l'ex concession française est toujours un plaisir. On se croirait dans un village du sud de la France et non dans une ville de 25 millions d'habitants.


Voilà qu'une petite fille d’environ cinq ans, accompagnée de son papa, me regarde avec curiosité et me dit hello en Anglais. A mon tour de lui sourire et de lui répondre ni hao (bonjour en Chinois). D’autres phrases s’enchaînent, à la grande satisfaction de son père, si fier de voir sa petite fille communiquer en Anglais avec un étranger. Avant de se séparer, son papa et moi échangeons quelques mots. Il s’appelle Andy et cela fait maintenant quinze ans qu'il a créé sa propre entreprise, Shanghai Y..... Technologies, Ltd. Ils conçoivent et vendent des systèmes de MES (Manufacturing Execution System) aux industries aéronautiques. Etant moi aussi dans la gestion de production et dans l’aéronautique pour le compte de deux clients différents, nous avons beaucoup de choses à nous raconter. Faute de temps à cette heure matinale, nous échangeons nos coordonnées WeChat et promettons de se revoir rapidement autour d'un café.


Promesse tenue


Comme promis, le 11 octobre à 20h00 nous nous retrouvons tous les deux dans un Coffee Shop proche de nos domiciles respectifs.


Andy est intéressé par deux de nos clients.

  • Le premier client est un fabriquant français de MES pour lequel nous agissons en tant que filiale virtuelle. Notre client n'est pas dans le secteur de l'aéronautique et Andy voudrait devenir son distributeur pour deux raisons :

  • Sur les gros appels d'offre, Andy perd souvent face à une entreprise allemande dont je peux citer le nom, MPDV. La solution de notre client lui permettrait de se battre à armes égales.

  • Il souhaite élargir son activité à d'autres secteurs que l'aéronautique mais ses produits ne s'y prêtent pas.

  • Notre deuxième client est un groupe aéronautique pour lequel nous réalisons une mission de support technique. Andy voudrait lui proposer ses solutions de MES.

Demande d'une prestation de service en aéronautique


Le 20 octobre je reçois de la part de notre client constructeur d’avions une demande de recrutement et de portage en Chine d'un ingénieur en maintenance aéronautique. La mission est intéressante car elle est de longue durée. Mais pour remporter l'affaire nous devons recruter un spécialiste au profil bien précis.

  • Diplôme d'ingénieur en aéronautique

  • Très bon niveau d'Anglais

  • Expérience similaire de trois ans minimum

  • Certifié par l'Administration de l’Aviation Civile de Chine

  • Maitrise des systèmes de gestion de maintenance d’Airbus et/ou de Boeing.

Nous sommes le 5 novembre, cela fait maintenant deux semaines que nous n'arrivons pas à trouver le bon candidat. Et pourtant, nous avons publié une offre dans les principaux médias aéronautiques ainsi que dans plusieurs réseaux sociaux. Il faut dire que le marché de l'emploi en Chine est très dynamique, la demande en candidats qualifiés est plus forte que l'offre. Nous avons aussi contacté, sans succès, les trois principales universités aéronautiques de Chine dont évidemment la plus plus prestigieuse située à Pékin. Je n’ai plus d’autres choix que de demander de l’aide à mes relations, dont Andy fait partie.


Encore et toujours le Guanxi


Cela fait à peine une heure que j’ai envoyé un message à toutes mes relations WeChat, dont Andy fait partie, qu'il me répond déjà. Il dit avoir la personne qu’il nous faut. Il s'est même permis de la contacter et la personne a confirmé son intérêt pour le poste. Andy m’envoie son CV, le candidat est parfait, il répond absolument à tous les critères exigés. Mieux, depuis 5 ans il occupe exactement le même poste chez un MRO (acronyme Anglais qui veut dire " garagiste pour avions "). Au téléphone le candidat me confirme qu’il serait heureux de quitter son " garagiste " pour rejoindre un grand constructeur, ce que je comprends.

J'organise un entretien de validation avec notre client pour le 25 novembre à Pékin, dans ses locaux proches de l'aéroport. Le constructeur et notre candidat sont aux anges, ils parlent tous les deux le même language technique. L'entretien ne dure pas plus de 45 minutes. Je dois envoyer rapidement une offre au constructeur, nous sommes déjà d'accord sur le prix. L’affaire est bouclée !


Chance ou valeur ajoutée ?


Certains me disent que j'ai tout simplement eu de la chance sur cette affaire de recrutement en Chine, sans avoir de réelle valeur ajoutée. C'est vrai que j'ai eu de la chance, mais je leur réponds aussi que le plaisir à m'insérer dans la vie chinoise et de communiquer avec tout le monde est justement la valeur ajoutée que viennent chercher mes clients. Sinon, comment aurais je pu connaitre Andy et trouver ce mouton à cinq pattes ?

Et merci à cette grande apporteuse d'affaires de 5 ans :-)

95 vues0 commentaire